Discussion:Conclusion : quelles priorités ?

De Wiki livre Netizenship
Révision datée du 7 septembre 2014 à 20:05 par Pryska ducoeurjoly (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

AUTRE PROPOSITION inspirée de la conclusion de Racines

Pourquoi mettre la citoyenneté numérique en haut de la liste de nos priorités ? Doit-on se surcharger de missions, de défis, de raisons d'être ? En famille, au travail, dans nos formations, nos foyers, nos professions, quelles priorités choisir ?

Au fil de cet ouvrage, nous espérons vous avoir convaincu de la pertinence du bon usage des outils numériques pour améliorer la vie quotidienne dans un nouvel environnement numérique auquel il semble difficile d'échapper ! Mais aussi pour y ajouter de la créativité, tout en s'impliquant au fil de vos clics dans l'édification d'une société plus durable. Nous rêvons tous de bâtir un monde meilleur, mais ce but louable nous invite à nous poser les bonnes questions, à considérer les impacts indirects de nos actes, notamment sur internet !

On l'a vu, dans la société de l'information, quelques grands gagnants ramassent tout, car ils occupent le marché avant les autres. Puis, ils abusent de leur position dominante pour influencer les opinions, en maîtrisant les flux d'informations. Or malgré l'image négative d'un monde privatisé, les initiatives des netizens ont fait leurs nids. On constate dans ce livre un foisonnement d'initiatives inspirantes, d'avant-garde, sans doute les futurs modèles de demain. Il ne dépend que de nous de reconnaître leur rôle clé pour bâtir ce nouvel environnement social, économique, citoyen. Wikipediens, Debianistes, promoteurs du Libre, citoyens du net ; nous pouvons les inviter dans nos discussions. Ils ont tant de savoir-faire à nous partager pour faire d'internet un outil chaque jour un peu plus éthique et profitable à tous.

Collaboration, logique de réseau, dynamique de partage, défense des biens communs : l'économie numérique citoyenne s'appuie sur un socle de valeurs et de pratiques qui sont les mêmes que l'économie dite sociale et solidaire. Amener ces deux secteurs à se rencontrer reste néanmoins un enjeu majeur. L'économie numérique peut effectivement apporter beaucoup à tous les porteurs de projets qui placent la richesse sociale au coeur de leur priorité. Comme nous avons pu le voir dans ce livre, internet favorise :
- l'équité des chances ;
- l'autoformation en matière de compétences transversales ;
- l'implication de tous (gestionnaires, collaborateurs, clients...) ;
- la créativité ;
- l'esprit d'initiative ;
- l'animation de communautés ;
- la vision systémique ;
- l'esprit collaboratif ;
- l'objectivité et la neutralité.

Autant de savoir-être et savoir-faire qui animent les entrepreneurs d'une économie plus juste.

Internet est donc un formidable outil au service d'un nouveau modèle économique à visage humain. Il est même le plus efficace et le plus pertinent pour hâter une autre gouvernance socio-économique mondiale ; celle dans laquelle s'inscrivent déjà de nombreux porteurs de projets solidaires. Dès ses débuts, cet outil s'est voulu ouvert, libre, émancipateur de citoyenneté. Mais les usages privateurs sont en passe d'en réduire la vocation initiale, en restreignant sa portée à la seule consommation de masse. Il appartient donc à chacun de saisir l'opportunité, toujours présente, d'en libérer l'usage, au service des valeurs de l'économie sociale et solidaire.


Notes et références[modifier]