Introduction aux enjeux du libre : Différence entre versions

De Wiki livre Netizenship
Ligne 1 : Ligne 1 :
''cyberespace, pirate, propriété intellectuelle, propriétés du numérique, multinationales, société de l'information, exclusivité, libre accès, choix politique''.
+
'''Notions-clés :''' ''[https://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/cyberespace cyberespace], [https://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/pirate pirate],  
 +
[https://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/%22propri%C3%A9t%C3%A9+intellectuelle%22 propriété intellectuelle],  
 +
[https://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/%22propri%C3%A9t%C3%A9s+du+num%C3%A9rique%22 propriétés du numérique],  
 +
[https://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/multinationales multinationales],  
 +
[https://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/%22soci%C3%A9t%C3%A9+de+l%27information%22 société de l'information],  
 +
[https://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/exclusivit%C3%A9 exclusivité],  
 +
[https://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/%22libre+acc%C3%A8s%22 libre accès],  
 +
[https://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/%22choix+politique%22 choix politique]''.
 
----
 
----
 
Depuis le début des années 90, nous nous trouvons en pleine guerre froide du numérique. Même si les confrontations restent courtoises dans les salles feutrées des conférences internationales, le sujet est très chaud. C'est bel et bien d’une transition majeure à l’échelle de l’humanité dont il s’agit ! ''Homo numericus'', tel un gros poussin de plus en plus à l’étroit dans sa coquille, s’apprête à éclore et à bouleverser notre environnement, et pas seulement devant nos écrans.
 
Depuis le début des années 90, nous nous trouvons en pleine guerre froide du numérique. Même si les confrontations restent courtoises dans les salles feutrées des conférences internationales, le sujet est très chaud. C'est bel et bien d’une transition majeure à l’échelle de l’humanité dont il s’agit ! ''Homo numericus'', tel un gros poussin de plus en plus à l’étroit dans sa coquille, s’apprête à éclore et à bouleverser notre environnement, et pas seulement devant nos écrans.

Version du 18 février 2015 à 13:17

Notions-clés : cyberespace, pirate, propriété intellectuelle, propriétés du numérique, multinationales, société de l'information, exclusivité, libre accès, choix politique.


Depuis le début des années 90, nous nous trouvons en pleine guerre froide du numérique. Même si les confrontations restent courtoises dans les salles feutrées des conférences internationales, le sujet est très chaud. C'est bel et bien d’une transition majeure à l’échelle de l’humanité dont il s’agit ! Homo numericus, tel un gros poussin de plus en plus à l’étroit dans sa coquille, s’apprête à éclore et à bouleverser notre environnement, et pas seulement devant nos écrans.

Situation inédite à l’échelle de l’humanité, quelques PDG, choisis par la main invisible du marché mondialisé, contrôlent des systèmes qui permettent à des milliards d’humains de communiquer gratuitement entre eux. En 2013, ces outils sont notamment ceux de Google, Facebook, Microsoft ou Apple. Nos journées dépendent en partie d’eux. « Eux », les outils autant que les PDG qui les pilotent. Nous n’avons jamais eu autant de possibilités offertes pour communiquer entre nous, partager des informations et faire des choix. Mais les limites deviennent plus confuses entre gratuité et liberté de choix, entre concurrence et coopération, entre intérêts commerciaux et intérêt général.

Le cyberespace est un champ de batailles sanglantes, avec action et suspense. Pour l’instant, les multinationales de l'information occupent le devant de la scène. Pourtant, à l'ombre des projecteurs, d'autres acteurs jouent un rôle crucial. Multi-milliardaires plus ou moins philanthropes, informaticiens interconnectés aux quatre coins du globe, artistes libérant leurs œuvres, cybercitoyens et pirates. Ce jeu, où la réalité dépasse largement la fiction, a aussi ses héros. Ils sont un puissant moteur d'innovation de notre société. Ils ont déjà modifié en profondeur notre manière de voir le monde... sans passer par la télévision.

Les enjeux sont colossaux : financiers, politiques, sociaux, et même écologiques... Si un scénario semble se dessiner en faveur d’une certaine évolution, les dés ne sont pas encore jetés.

La grande clé de lecture, le cœur de l’enjeu, c’est la manière dont les créateurs utilisent les droits de paternité sur leurs productions. On a entendu parler des principes de droits d'auteurs, de brevet, de licence. Si nul n’est censé ignorer la loi, rares sont ceux qui se sentent à l’aise avec ces enjeux de propriété intellectuelle, d’accès pour tous... Mais tant que ces sujets nous sont étrangers, il est impossible de comprendre la guerre qui fait rage pour contrôler l’innovation.

Contrôler l’innovation ? Eh oui. L’Histoire est remplie d’anecdotes démontrant que les visionnaires avaient souvent une intention initiale très pure. Ils souhaitaient mettre leurs découvertes à disposition de tous, en libre accès, comme c’est le cas avec internet. Ils se sont souvent faits spolier leurs idées, ont parfois finis pauvres et méconnus. Parallèlement, d’autres paradaient après s’être appropriés l’exclusivité de leurs idées.

Aujourd’hui, de nouveaux leviers d’innovation existent. On les surnomme copyleft, culture libre, open source, autant de concepts qui mettent à l’honneur la notion de biens communs à l’ère du numérique. Leurs symboles sont le gnou (une antilope d’Afrique) et le pingouin. Ils apportent un nouveau regard sur la manière d’innover et de créer de la valeur. Mais cela implique des remises en question collectives profondes...

Un bovidé tropical et un oiseau des mers froides, appuyés par une armée de souris, peuvent-ils bouleverser l'économie mondiale, les rapports sociaux et la politique ? Étrange question n'est-ce pas ? Et pourtant, ils occupent déjà une bonne partie du cyberespace, appuyés par des tribus de plus en plus nombreuses, pour qui le copyleft est une évidence, un nouveau bazar dans lequel ils peuvent s’épanouir de manière constructive et durable. Vous allez découvrir ces acteurs d’internet qui apportent d’autres repères, décrivent de nouveaux risques et opportunités, proposent des critères d'analyse atypiques.

La question n'est plus seulement de savoir s'il est bien ou mal de pirater un logiciel ou de la musique ; il s'agit désormais de s'interroger sur l'aspect irrépressible de ces pratiques de partage, et leur viabilité tant économique que socio-politique.

Et au fond, n'est-ce pas plutôt le numérique qui, par nature, encourage cette évolution, jusqu'à modifier en profondeur la notion de propriété intellectuelle ?

C'est à cette question cruciale que nous tentons de répondre ici.