Société en métamorphose : Différence entre versions

De Wiki livre Netizenship
Ligne 1 : Ligne 1 :
''[http://group.diigo.com/group/e_culture/content/tag/%22transition+num%C3%A9rique%22 transition], [http://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/%22soci%C3%A9t%C3%A9+de+l+information%22 société de l'information], [http://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/paradigme paradigme], [http://group.diigo.com/group/e_culture/content/tag/%22collaboration%20en%20ligne%22 collaboration en ligne].''  
+
'''Notions-clés :''' ''[http://group.diigo.com/group/e_culture/content/tag/%22transition+num%C3%A9rique%22 transition], [http://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/%22soci%C3%A9t%C3%A9+de+l+information%22 société de l'information], [http://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/paradigme paradigme], [http://group.diigo.com/group/e_culture/content/tag/%22collaboration%20en%20ligne%22 collaboration en ligne].''  
 +
 
 +
'''Profils-clés :''' ''[https://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/%22anthologie+du+libre%22 anthologie du libre], [https://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/%22Florent+Latrive%22 Florent Latrive], [https://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/%22olivier+Blondeau%22 Olivier Blondeau], [ Bruce Sterling],  [ Libres enfants du savoir numérique]''
 +
 
 
----
 
----
 
==Cap sur l'évolution !==
 
==Cap sur l'évolution !==

Version du 29 décembre 2014 à 15:44

Notions-clés : transition, société de l'information, paradigme, collaboration en ligne.

Profils-clés : anthologie du libre, Florent Latrive, Olivier Blondeau, [ Bruce Sterling], [ Libres enfants du savoir numérique]


Cap sur l'évolution !

Les outils numériques évoluent tellement vite qu'ils peuvent faire peur ou être simplement démotivants. A quoi bon mettre à jour ses compétences si les technologies deviennent obsolètes dès qu’on a compris comment les utiliser ? Pourquoi s'aventurer dans cet univers numérique aux contours indéfinis ? Qui ne s'est jamais senti impuissant et un peu bête devant son ordinateur ? Qui n'a jamais perdu des fichiers importants ? Qui n'a jamais transféré à ses contacts un courriel découvrant ensuite que c'était un canular ou un virus, propagé à l'insu de son plein gré ? Ah l'erreur, la bourde, la honte !

Doit-on se sentir coupable face à nos comportements maladroits sur Internet ? Pas du tout ! Car ces maladresses ne sont qu'une étape personnelle et collective, dans une grande transition. Pourquoi ne pas prendre cela comme un défi ? Le défi d'une évolution vers plus d'habileté dans nos pratiques en société, vers plus d'opportunités aussi de voir se déployer nos projets, adoptés par une large communauté.

Anticiper les évolutions et changements, c’est l’une des compétences stratégiques que tout gestionnaire de projet se doit d’acquérir. Dans le contexte actuel, il s’agit d’un savoir-faire incontournable pour développer un projet durable. Encore faut-il comprendre la métamorphose à l’œuvre...

La grande bascule

Aujourd'hui, nous changeons de civilisation et entrons dans un nouveau paradigme aux dénominations les plus variées : monde fini, ère numérique, société de la connaissance, société de l'information… La marque la plus visible de ce nouveau paradigme, c'est l'évolution de certaines croyances fondamentales.

On croyait les ressources naturelles illimitées, on s'aperçoit que ce n'est pas tout à fait le cas. Notre biosphère montre ses limites par l'épuisement de ses ressources. Quant au partage du savoir, longtemps limité par la matière (l'impression des journaux sur papier, par exemple), il est devenu potentiellement illimité grâce à l'électronique qui permet de diffuser toute connaissance pour un coût proche de zéro (par unité). Avant, la matière était abondante et l'information rare. Aujourd'hui, l'information abonde et la matière se raréfie. Et cela bouleverse de nombreux dogmes économiques!

« Si l'information était une marchandise comme les autres, elle ne vaudrait plus rien dès qu'on en aurait de grandes quantités. (...) L'argent est tout à fait inapproprié pour décrire le monde de l’information.(...) Elle ne vaut rien en tant que marchandise, mais elle n'est pas sans valeur pour le genre humain. L'argent et la valeur sont deux choses différentes ».[1]

La grande bascule est à l'œuvre. Avec le réseau décentralisé qu'est internet, il n'est plus possible de contrôler l'information. Seuls les canaux d'informations restent encore éventuellement contrôlables, en vue notamment d'influencer l'opinion afin de conserver son adhésion. Dans les faits, les propriétaires des médias traditionnels (presse, radio, télévision, livres) pratiquent encore la culture de la pénurie de l'information, de l'exclusivité. Mais la situation semble leur échapper chaque jour davantage. Un seul exemple : le téléchargement illégal est devenu un sport international.

« Voulons-nous laisser à quelques-uns ce pouvoir de contrôle ? » se demande un nombre croissant de citoyens qui militent pour le bien commun et la « libération » de l’information.

Internet, réseau social plus que technologique, offre non seulement des opportunités, mais aussi des responsabilités. La prise de conscience de cette grande bascule passe par la découverte de la citoyenneté numérique : acheter et vendre sur internet peut devenir un acte engagé socialement, et donc potentiellement un acte politique. C’est pourquoi l’économie numérique est au cœur des enjeux de société !

Une transition est à l’œuvre

L'arrivée des outils numériques n'est pas une simple révolution technologique que nous pourrions regarder de loin sans nous sentir concernés. En réalité, nous devons faire face à une évolution complexe et rapide des us et coutumes de notre civilisation.

Un changement de paradigme est en cours. Internet est un nouvel environnement qui nous permet de passer du statut de consommateur passif à celui de consomm'acteur, co-créateur d'informations et de services. Chacun peut faire des retours sur les produits, évaluer un service, vendre lui-même, apprendre à gérer sa propre réputation... Nous ne sommes plus séparés, mais tous reliés, tous à même d'apporter notre pierre à l'édifice. Nous intégrons une nouvelle culture (la culture numérique, alias eCulture) où le modèle n’est plus celui de l'interdiction de partage uniquement, mais aussi une boîte à outils librement partagés, co-construits, co-pensés, co-gérés.

Les meilleures manières d'apprendre évoluent. Nous ne pouvons plus apprendre comme avant. Si on veut éviter l’exclusion socio-professionnelle, il faut désormais envisager de se former tout au long de sa vie. L'important n'est plus tellement le contenu des connaissances initiales (en perpétuelle évolution, et donc potentiellement désuet). C'est plutôt la capacité de gérer l'évolution de nos savoirs qui compte : le savoir-être ! Il s'agit d'intégrer des attitudes et des méthodes qui nous permettront d'adapter nos connaissances aux changements rapides de notre temps.

Nous ne pouvons plus diriger comme avant. Le gestionnaire d'hier, qui s'appuyait sur son statut de supérieur hiérarchique pour asseoir son autorité dans une logique productiviste, est une espèce en voie de disparition. Le gestionnaire de demain sera un coordinateur, capable de mobiliser des compétences transversales (savoir être quelles que soient les professions à l’œuvre) aussi bien chez lui que chez ses très nombreux collaborateurs. Dans cette nouvelle gestion de la complexité et des flux d'informations (Workflow Management), l'idée n'est pas de faire encore et toujours plus, mais de faire différemment, en associant des partenaires. Un maître mot : la collaboration !

Pour assurer cette transition majeure, de nouvelles compétences sont nécessaires. Savoir prendre rapidement des décisions et hiérarchiser les actions en fonction de leur urgence/importance, c’est l’une des compétences clés dans un contexte en évolution.

Notes et références

  1. Bruce Sterling, Libre comme l'air, libre comme l'eau, libre comme la connaissance, in Libres enfants du savoir numérique, anthologie du libre par Olivier Blondeau et Florent Latrive. L’Éclat, Paris. 2000.