La culture libre

De Wiki livre Netizenship
Révision datée du 24 janvier 2016 à 21:38 par Trabix (discussion | contributions) (J'ai mis à jour les propriétés sociotechniques, remplacé symétrie par persistance)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

éthique, compatibilité, libre, modifier, distribuer, gratuit, responsable


Changer de conduite informatique ?[modifier]

La majorité des entreprises et des écoles tournent sous Windows ou MacOS, c'est plus simple. On dit que GNU/Linux est plus éthique, mais il est assez difficile de comprendre réellement pourquoi ?

Installer LibreOffice sur votre ordinateur : à quoi bon ? On sait bien que la majorité des textes envoyés en pièces jointes sont sous Word, en format .doc ou .docx, et sont partiellement incompatibles avec les formats de fichiers .odt générés par LibreOffice. Alors pourquoi créer et envoyer des fichiers en format .odt ?

Au magasin informatique, pourquoi demander un PC tout nu, sans Windows préinstallé, pour y faire installer ensuite le système libre GNU/Linux, alors que Windows est offert gratuitement avec l'ordinateur ?

Pourquoi utiliser VLC pour visionner des vidéos ? Écouter ou diffuser de la musique en format .ogg plutôt que mp3 ?

Et Wikipedia, c'est bien utile, mais pourquoi y contribuer, alors qu'on n'a pas le temps?

Plus largement, essayer de comprendre les enjeux du libre versus propriétaire est un vrai défi. On sent bien que c'est un point essentiel vu qu'on utilise des ordinateurs tous les jours. Alors essayons ensemble ici, sans entrer dans les détails, juste pour donner des bases solides. Ensuite, il sera peut-être plus facile de changer de conduite informatique, parce que la motivation sera au rendez-vous.

eCulture[modifier]

L'eCulture est une thématique « sociotechnique », née des termes « culture » et du préfixe « e » signifiant « électronique ». Elle désigne la culture de la communication électronique, à savoir principalement Internet (messagerie électronique et sites Web). Elle englobe les codes de conduite (individuels ou collectifs) et ceux des communautés de pratiques qui se côtoient au travers des réseaux d'information numériques. On retrouve l'eCulture dans les arts, l'économie, la science et la politique sous les intitulés d'ère numérique, monde digital, société de l'Information, ou encore cyberculture.

Ces diverses expressions de l'eCulture sont basées sur les propriétés de l'électronique :

  1. instantanéité (transfert d'informations quasiment immédiat) ;
  2. décentralisation (pas d'instance pivot) ;
  3. asynchronicité (chacun agit à son rythme) ;
  4. multilatéralité (échanges de plusieurs à plusieurs) ;
  5. la persistance (Les traces et copies électroniques sont définitives).

Dernier facteur important : les technologies numériques sont devenues abordables financièrement depuis les années 1980 et cette tendance se confirme d'année en année. Ceci contribue à faciliter matériellement l'entrée du plus grand nombre dans l'ère du numérique.

Libre[modifier]

En utilisant l'adjectif libre, les informaticiens sensibles aux enjeux de l'éthique dans la société de l'information numérique font référence aux quatre libertés fondamentales d'une création, telles que définies par la Fondation pour le Logiciel Libre (Free Software Foundation, FSF). Initialement, l'usage de l'expression « libre » dans la société de l'information se réfère au code d'un logiciel et donne le droit à l'utilisateur d'un logiciel libre :

  1. La liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages (liberté 0).
  2. La liberté d'étudier le fonctionnement du programme, et de le modifier pour qu'il fasse votre travail informatique comme vous le souhaitez (liberté 1). Pour ceci l'accès au code source est une condition nécessaire.
  3. La liberté de redistribuer des copies, donc d'aider votre voisin (liberté 2).
  4. La liberté de distribuer aux autres des copies de vos versions modifiées (liberté 3). En faisant cela, vous pouvez faire profiter toute la communauté de vos changements. L'accès au code source est une condition nécessaire.

Par les libertés ainsi octroyées, auteurs et utilisateurs ne sont plus séparés, mais réunis dans le groupe des contributeurs. On évite ainsi de créer des ghettos. La copie est autorisée, car elle découle des libertés de modifier et redistribuer. Bien sûr, le premier réflexe est de penser qu'en autorisant la copie, l'auteur d'une œuvre va perdre ses droits et perdre toute possibilité de gagner de l'argent. En fait, il peut vendre son temps à adapter une œuvre et transférer à d'autres le savoir-faire pour bien l'utiliser. L'œuvre peut être logicielle, artistique, mode d'emploi. Vu que l'œuvre est libre, il ne faut pas beaucoup d'argent pour la créer, car il peut y avoir des milliers de co-créateurs. Comme sur l'encyclopédie Wikipédia (cinquième site le plus visité au monde en 2011), avec GNU/Linux (logiciel qui tourne sur la majorité des serveurs Web sur Terre), Firefox (utilisé par environ 30 % des internautes mondiaux), etc. Donc, c'est plus que possible, c'est déjà fonctionnel et cela crée une nouvelle économie, basée sur des principes différents de ceux d'avant le numérique.

Progressivement, l'adoption des libertés fondamentales a commencé à se répandre au-delà du seul logiciel, notamment :

  • images libres ;
  • documentations pédagogiques libres ;
  • films libres ;
  • plans d'architecture libres ;
  • cartographie libre ;
  • robotique libre ;
  • musique libre ;
  • recherche scientifique libre ;
  • plans de fabrication de machines agricoles libres, ;
  • presse libre et participative (Agoravox, Ohmynews !).

Pour conclure sur la définition du mot libre, notons une convergence entre les principes véhiculés dans la notion libre dans le domaine immatériel et ceux véhiculés par durable dans le domaine matériel.

En utilisant l'expression eCulture libre, il est donc entendu modes de comportement éthiques dans le domaine de la communication électronique. Ces comportements basés sur le respect des quatre libertés fondamentales, à savoir l'usage, l'étude, la modification et la redistribution d'une information.

Et on arrive là au cœur de l'enjeu de la société de l'information : les comportements individuels et collectifs, du fait des propriétés de l'électronique, tendent vers l'adoption généralisée des principes de fonctionnement du Libre. Cette tendance s'effectue progressivement et organiquement, parfois par à-coup et avec d'importants dommages sociaux (de type deux pas en avant, un pas en arrière). Ces secousses suscitent des rejets compréhensibles, car comme pour toute nouvelle technologie, avant de l'utiliser consciemment, on la teste, on fait des erreurs. D'où ce bouquin, pour aider à mieux comprendre les enjeux. Il explique en quoi utiliser une technologie propriétaire (comme Macintosh/Apple/Ipod/Ipad, Facebook, Google ou Microsoft) n'est pas anodin et qu'il y a des solutions libres qui existent et méritent d'être valorisées.

D'ailleurs, de nombreux pionniers contribuent à étendre l'application de ces libertés à d'autres créations que les logiciels. Les outils logiciels libres disponibles et le réseau Internet sont des bases pour faciliter l'usage, l'étude, la modification et la redistribution de création de l'esprit dans tous les domaines, notamment artistique, pédagogique, civique et scientifique. Considérant que ces sciences libres sont un terreau fertile pour de nouveaux modèles économiques, des visionnaires sur la Terre entière contribuent à identifier et promouvoir les nouveaux modes de production et diffusion des créations.

PS : Cet article est une adaptation du préambule des statuts de la fondation Ynternet.org. Il présente la vision qui guide sa mission.

Vision de société [1][modifier]

Face à une culture omniprésente des informations privatisées, le Libre offre une autre tendance fondamentale dans les grands choix de société. Sur le Web, libre versus privateur, ou libre versus propriétaire, fait l'objet d'un nombre incalculable de sources, débats, définitions, projets, qui tous ont pour point commun les quatre libertés fondamentales.

La «libération» des différents moyens d'expression favorise l'émergence de principes de fonctionnement et de cercles vertueux :

  • D'accès équitable pour tous à l'information et aux médias ;
  • D'expression du bien commun par le partage des connaissances sans discrimination (ni sur les usages ni sur les usagers) ;
  • D'éthique de la communication dans un esprit de développement durable ;
  • De responsabilité sociale et de transparence par l'équité des chances dans les entreprises privées et institutions publiques (modèle de coopétition).

Au final, il est bien possible que les valeurs et principes de fonctionnement sous-tendus par l'expression « libre » s'imposent naturellement. Car une fois essayé, une fois adopté. Cela demande une certaine rupture avec des habitudes anciennes, un effort comparable à celui de se préparer à courir un marathon, avec des semaines d'entraînement, de perte de graisse, de renforcement des muscles, mais c'est possible, à tout âge, quelles que soient son origine et son histoire.

Adopter la culture libre en migrant de MacOS ou Windows sous GNU/Linux, en contribuant à Wikipedia (avec des images des monuments de votre région par exemple) ou à Ekopedia pour les pratiques écologiques, en utilisant LibreOffice et Firefox, en invitant ses amis sur un réseau social éthique comme zen3, c'est un acte aussi citoyen que trier ses déchets et de prendre les transports publics.

Si ces actes de citoyenneté numérique sont évidents pour certains pionniers, cela reste très nouveau. Mais pas impossible. Il y a cinquante ans, la plupart des humains vivait dans des colonies, les femmes n'avaient pas le droit de vote. La conscience émerge. Les choses changent.

Notes et références[modifier]

Annexes[modifier]

Liens externes[modifier]