La culture libre

De Wiki livre Netizenship
Révision datée du 15 septembre 2011 à 22:56 par Livia (discussion | contributions) (mots clés)

Mots clés

éthique, compatibilité, libre, modifier, distribuer,



Changer de conduite informatique ? Pfff...

La majorité des entreprises et des écoles tournent sous Windows ou MacOS, c'est plus simple. On dit que GNU/Linux est plus éthique, mais il est assez difficile de comprendre réellement pourquoi ?

Installer LibreOffice sur votre ordinateur : à quoi bon ? On sait bien que la majorité des textes envoyées en pièces jointes sont sous Word, en format .doc ou .docx, et sont partiellement incompatibles avec les formats de fichiers odt générés par OpenOffice. Alors pourquoi créer et envoyer des fichiers en format odt ?

Au magasin informatique, pourquoi demander un PC tout nu, sans Windows préinstallé, pour y faire installer ensuite le système libre GNU/Linux, alors que Windows est offert gratuitement avec l'ordinateur ?

Pourquoi utiliser VLC pour visionner des vidéos ? Ou écouter de la musique en format .ogg plutôt que mp3 ?

Et Wikipedia, c'est bien utile, mais pourquoi y contribuer ? Pas le temps.

Plus largement, essayer de comprendre les enjeux du libre versus propriétaire est un vrai défi. On sent bien que c'est un point essentiel vu qu'on utilise des ordinateurs tous les jours. Alors essayons ensemble ici, sans rentrer dans les détails, juste pour donner des bases solides. Ensuite, il sera peut-être plus facile de changer de conduite informatique, parce que la motivation sera au rendez-vous.

eCulture

L'eCulture est une thématique "socio-technique", née des termes culture et du préfixe "e" signifiant "électronique". Elle désigne la culture de la communication électronique, à savoir principalement Internet (messagerie électronique et sites Web). Elle englobe les codes de conduite (individuels ou collectifs) et ceux des communautés de pratiques qui se côtoient au travers des réseaux d'information numériques. On retrouve l'eCulture dans les arts, l'économie, la science et la politique sous les intitulés d'ère numérique, monde digital, société de l'Information, ou encore cyberculture.

Ces diverses expressions de l'eCulture sont basées sur les propriétés de l'électronique :

  • instantanéité (transfert d'informations quasiment immédiat)
  • décentralisation (pas d'instance pivot)
  • asynchronicité (chacun agit à son rythme)
  • multilatéralité (échanges de plusieurs à plusieurs)
  • symétrie (tout le monde est au même niveau).

Dernier facteur important : les technologies numériques sont devenues abordables financièrement depuis les années 1980, et cette tendance se confirme d'année en année. Ceci contribue à faciliter matériellement l'entrée du plus grand nombre dans l'ère du numérique.

Libre

En utilisant l'adjectif Libre, les informaticiens sensibles aux enjeux de l'éthique dans la société de l'information numérique font référence aux 4 libertés fondamentales d'une création, telles que définies par la Fondation pour le Logiciel Libre (Free Software Foundation, FSF). Initialement, l'usage de l'expression Libre dans la société de l'information se réfère au code d'un logiciel et donne le droit à l'utilisateur d'un logiciel Libre :

  • 0. de l'utiliser pour tout usage
  • 1. d'étudier son fonctionnement
  • 2. de la modifier pour l'améliorer ou l'adapter
  • 3. de le redistribuer en l'état ou modifié.

Par les libertés ainsi octroyées, auteurs et utilisateurs ne sont plus séparés, mais réunis dans le groupe des contributeurs. On évite ainsi de créer des ghettos. La copie est autorisée, car elle découle des libertés de modifier et redistribuer. Bien sûr, le premier réflexe est de penser qu'en faisant ceci, l'auteur d'une oeuvre va perdre ses droits et perdre toute possibilité de gagner de l'argent. EN fait, il peut vendre son temps à adapter une oeuvre et transférer à d'are le savoir-faire pour bien l'utiliser. L'oeuvre peut être logicielle, artistique, mode d'emploi d'emploi. Vu que l'oeuvre est libre, il ne fait pas beaucoup dd'argent pour la créer, car il y a peut y avoir des milliers de co-créateurs, Comme sur l'encyclopédie Wikipedia (5e site le plus visité au monde en 2011), avec GNU/Linux (logiciel qui tourne sur la majorité des serveurs web sur terre), Firefox (utilisé par environ de 30% des internautes mondiaux), etc... Donc, c'est plus que possible c'est déjà fonctionnel, et cela créée une nouvelle économie, basés sur des principes différents de ceux d'avant le numérique.

Progressivement, l'adoption des libertés fondamentales a commencé à se répandre au-delà du seul logiciel : notamment images Libres, documentations Libres, films Libres. Pour conclure sur la définition du mot Libre, notons une convergence entre les principes véhiculés dans la notion Libre dans le domaine immatériel et ceux véhiculés par durable dans le domaine matériel.

En utilisant l'expression eCulture Libre, il est donc entendu modes de comportement éthiques dans le domaine de la communication électronique. Ces comportements basés sur le respect des 4 libertés fondamentales, à savoir l'usage, l'étude, la modification et la redistribution d'une information.

Et on arrive là au coeur de l'enjeu de la société de l'information: les comportements individuels et collectifs, du fait des propriétés de l'électronique, tendent vers l'adoption généralisée des principes de fonctionnement du Libre. Cette tendance s'effectue progressivement et organiquement, parfois par à-coup et avec d'importants dommages sociaux (de type deux pas en avant, un pas en arrière). Ces secousses suscitent des rejets compréhensibles, car comme pour toute nouvelle teechnologie, avant de l'utiliser consciemment, on la teste, fait des erreurs. D'où ce bouquin, pour aider à mieux comprendre les enjeux. Il explique en quoi utiliser une technologie propriétaire (comme MacIntosh/Apple/Ipod/Ipad, Facebook, Google ou Microsoft) n'est pas anodin, et qu'il y a des solutions libres qui existent et méritent d'être valorisées.

D'ailleurs, de nombreux pionniers contribuent à étendre l'application de ces libertés à d'autres créations que les logiciels. Les outils logiciels Libres disponibles et le réseau Internet sont des bases pour faciliter l'usage, l'étude, la modification et la redistribution de création de l'esprit dans tous les domaines, notamment artistique, pédagogique, civique et scientifique. Considérant que ces sciences Libres sont un terreau fertile pour de nouveaux modèles économiques, des visionnaires sur la terre entière contribuent à identifier et promouvoir les nouveaux modes de production et diffusion des créations.


Vision

Face à une culture omniprésente des informations privatisées, le Libre est offre une autre tendance fondamentale dans les grands choix de société. Sur le web, libre versus privateur, ou libre versus propriétaire, fait l'objet d'un nombre incalculable de sources, débat, définitions, projets, qui tous ont pour point commun les 4 libertés fondamentales.

La "libération" des différents moyens d'expression favorise l'émergence de principes de fonctionnement et de cercles vertueux :

  • d'accès équitable pour tous à l'information et aux médias,
  • d'expression du bien commun par le partage des connaissances sans discrimination (ni sur les usages ni sur les usagers),
  • d'éthique de la communication dans un esprit de développement durable,
  • de responsabilité sociale et de transparence par l'équité des chances dans les entreprises privées et institutions publiques (modèle de coopétition).

Au final, il est bien possible que les valeurs et principes de fonctionnements sous-tendus par l'expression "Libre" s'imposent naturellement. Car une fois essayé, une fois adopté. Cela demande une certaine rupture avec des habitudes anciennes, un effort comparable à celui de se préparer à courir un marathon, avec des semaines d'entrainement, de perte de graisse, de renforcement des muscles, mais c'est possible, à tout âge, quelle que soit son origine et son histoire.

Adopter la culture libre en migrant de MacOS ou Windows sous Gnu/Linux, en contribuant à Wikipedia (avec des images des monuments de votre région par exemple) ou à Ekopedia pour les pratiques écologiques, en utilisant LibreOffice et Firefox, en invitant ses amis sur un réseau social éthique comme zen3, c'est un acte aussi citoyen que trier ses déchets et de prendre les transports publics.

Si ces actes de citoyenneté numérique sont évident pour certains pionniers, cela reste très nouveau. Mais pas impossible. Il y a 50 ans, la plupart des humains vivait dans des colonies, les femmes n'avait pas le droit de vote. La conscience émerge. Les choses changent.


Source :

http://www.info-mods.com/actualite-13560-Les_5_plus_grandes_reussites_du_monde_libre.html

Encadrés

Libre versus OpenSource

Par OpenSource, on entend uniquement 3 des 4 libertés fondamentales : lire, utiliser, modifier. Mais pas redistribuer.

La liberté de redistribuer est essentielle pour l'équité des chances et la non-discrimination. Car sans la redistribution, par exemple, un photographe professionnel pourrait faire mille superbes photos de monuments historiques qu'il a pris aux 4 coins du monde, les publier sur Wikipedia en licence OpenSource interdisant la redistribution, et de ce fait être interdit de les reproduire dans un livre qu'il souhaiterait éditer personnellement. Heureusement, l'intelligence collective est à l'oeuvre dans la communauté des contributeurs fréquents à Wikipedia ; aussi ils ont choisi une seule licence pour tout les projets Wikimedia, et cette licence respecte les 4 libertés fondamentales ; en l'occurence c'est la licence CreativeCommons(CC) BY-SA qui oblige la mention du ou des auteurs initiaux (BY) et autorise la copie, la modification et reproduction. La CC BY-SA est la seule licence des CC qui vraiment libre au sens des 4 libertés fondamentales. C'ets aussi la seule qui est compatible avec la Licence Art libre.

C'est pour cela que les personnes soucieuses de respecter les contributions de chacun-e à des projets utilisent des licences vraiment libre. La Free Softwate Foundation propose justement une liste des licences libres réellement respctueuse du bien commun, et les commentent. Les plus connues sont la GPL pou les logiciels, la GFDL pour les documentations (modes d'emploi), la LAL et la CC BY-SA pour les créations au-delà du logiciel (photo, textes, vidéos...).


Brève histoire des mouvements du Libre

La Free Software Foundation (FSF) et le Gnu is Not Unix (GNU) ont été créés en 1984 par l'américain Richard Matthew Stallman. Le projet Gnu is Not Unix (GNU) vise à réaliser un système d'exploitation d'ordinateur composé exclusivement de logiciels Libres. La Free Software Foundation (FSF) est l'organisation destinée à promouvoir et défendre la notion de logiciel Libre et ses artefacts juridiques. En 20 ans, le mouvement du logiciel Libre a commencé à prendre une place prépondérante dans le domaine du développement logiciel et par extension dans les enjeux de la gestion de l'informatique. Parmi les logiciels Libres les plus connus et aboutis, on compte le système d'exploitation GNU/Linux débuté en 1992, Apache (dont plus de huitante pourcent des serveurs web sont pourvus en 2006), le navigateur web Firefox. En 2006, la licence GPL est la licence majoritaire des logiciels Libres.

D'autre part, des mouvements se sont développés parallèlement n'ayant pas de lien avec le logiciel, mais proches (voire se réclamant) de la vision du Libre : 1. Plusieurs mouvements proposant l'adaptation des libertés du logiciel à d'autres œuvres de l'esprit : textes Libres, images Libres, sons Libres, et leurs dérivés (films, sculptures, documentations pédagogiques). Ces mouvements sont notamment connus au travers de la Licence Art Libre (LAL) ou du mouvement Creative Commons (CC) et aussi sous les étiquettes OpenScience, OpenArchitecture, OpenDocumentation, etc. ; 2. Des initiatives dites "du bien commun", réagissant à la privatisation, c'est-à-dire du droit d'usage exclusif, des ressources naturelles par un petit nombre ; 3. Des individus et groupes souhaitant l'autorégulation des réseaux de communication, sans contrôle d'un monopole, quel qu'il soit, mais avec une multitude de petits acteurs qui sont dès lors obligés de s'entendre sur un cadre commun servant les intérêts généraux.