Les différents types d'informations : Différence entre versions

De Wiki livre Netizenship
Ligne 1 : Ligne 1 :
droit d'auteur, création, opinion, mode d'emploi, données publiques.''
+
'''Notions-clés :''' ''[https://groups.diigo.com/group/e_culture/search?what=droit%20d%27auteur droit d'auteur], [https://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/cr%C3%A9ation création], [https://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/opinion opinion], [https://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/%22mode+d%C2%B4emploi%22 mode d'emploi], [https://groups.diigo.com/group/e_culture/search?what=donn%C3%A9es%20publiques données publiques] [https://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/information information], [https://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/%22types+d%C2%B4information%22 types d´information], [https://groups.diigo.com/group/e_culture/search?what=%22logiciel+libre%22 libre].''
 +
 
 +
'''Profils-clés :''' ''[https://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/%22Richard+Stallman%22 Richard Stallman] [https://groups.diigo.com/group/e_culture/search?what=Noosph%C3%A8re Noosphère] [https://groups.diigo.com/group/e_culture/content/tag/Beaumarchais Beaumarchais].''
 
-----
 
-----
 
Nous recevons en flux continu des images, sons, odeurs, goûts, sensations, qui sont autant de messages à traiter, interpréter, face auxquels agir et réagir.  
 
Nous recevons en flux continu des images, sons, odeurs, goûts, sensations, qui sont autant de messages à traiter, interpréter, face auxquels agir et réagir.  

Version du 3 février 2015 à 13:47

Notions-clés : droit d'auteur, création, opinion, mode d'emploi, données publiques information, types d´information, libre.

Profils-clés : Richard Stallman Noosphère Beaumarchais.


Nous recevons en flux continu des images, sons, odeurs, goûts, sensations, qui sont autant de messages à traiter, interpréter, face auxquels agir et réagir. Selon une mesure de la vitesse de traitement du cerveau, les humains traiteraient en moyenne 60 bits d'informations par seconde. Mais de quelles informations s'agit-il ? Quel type d'information traite-t-on et sous quelle forme ?

Internet n'est qu'un véhicule pour transporter des informations, voici l'occasion de revenir aux essentiels, au cœur de la société de l'information, en reprenant les idées de Richard Stallman dans sa « révolution du logiciel libre »[1].

Du plus simple au plus complexe

« Au commencement était le Verbe » selon la Bible. Verbe au sens d'information créatrice.

L'information la plus simple est la donnée : 0 ou 1, par exemple.

Réunies et mises en contexte, des données peuvent prendre un sens, devenir information. Ce sont alors des clés pour agir.

Associées, les informations deviennent des savoirs, de la connaissance.

Interconnectés, mis en pratique et partagés, les savoirs deviennent culture.

Traversant les époques, les cultures, qui sont autant de répertoires de solutions, s'inspirent les unes les autres pour former des civilisations. Chaque espèce a une ou plusieurs civilisations qui évoluent soit en parallèle, soit l'une après l'autre, dans des cycles de constructions et destructions.

Prises dans leur ensemble, les civilisations se rejoignent dans la noosphère, la sphère immatérielle des idées. Un concept qui a trouvé une seconde vie grâce à l'essor du numérique. Avec son cortège d'informations et son fonctionnement auto-organisé, internet, le réseau des réseaux, est entrevu par certains comme une expression matérialisée de la noosphère.

Donnees-noosphere.png

Trois types de contributions à la société

Richard Stallman propose que les droits d'une création soient différents selon sa finalité, contribution fonctionnelle, écrit d'opinion ou travaux d'art ou de divertissement.

La contribution fonctionnelle comporte des publications telles que :

  • les recettes ;
  • les modes d'emploi ;
  • les documents de références (encyclopédies, statistiques, etc.) ;
  • les codes logiciels.

Pour que le plus grand nombre en profite, elles devraient être libres.

Les œuvres d'opinion ou de témoignage telles que :

  • les mémoires ;
  • les essais ;
  • les commentaires.

Elles devraient être mises en circulation librement mais sans droit à la modification sauf autorisation de l'auteur et sans usage commercial. Le copyright est cruel, car il interdit le partage du savoir a priori, or il est essentiel de légaliser le partage du savoir.

Pour les travaux d'art et de divertissement, il y a des arguments pour les deux options privatrice ou libre :

  • D'une part modifier peut être une contribution à l'œuvre ;
  • D'autre part modifier peut réduire l'intégrité de l'intention initiale de l'auteur.

Par exemple, bien des œuvres de Shakespeare sont des copies modifiées d'œuvres existantes. Shakespeare n'a pas été puni, au contraire, il a été salué pour sa créativité, alors qu'elle était en partie le résultat d'une modification. La politique la plus éthique est probablement celle qui consiste à autoriser au minimum la copie durant une certaine période (par exemple 10 ans), puis à autoriser la copie et les modifications.

Aujourd'hui, on parle de société de l'information, mais sous couvert d'informations factuelles ou fonctionnelles, la diffusion des informations créatives sert trop souvent les intérêts des émetteurs plutôt que celui du bien commun. Par exemple, le choix d'une première page d'un journal misant sur le sensationnel aura pour but de capter l'attention pour vendre de la publicité, justifier d'une grande audience pour vendre plus cher les espaces publicitaires.

Documents : publics ou privés ?

Les différents services de l'état et les collectivités territoriales produisent et publient des documents (livres, revues, plaquettes, sites web, etc.) sur différents thèmes : tourisme, sécurité routière, prévention des dépendances, santé, arnaques sur internet. Ils les financent avec les impôts collectés.

Ces informations sont fonctionnelles. Pourquoi ne pas demander aux gouvernements de mettre leurs modes d'emploi de leur documentation pédagogique sous des licences libres ? Autoriser leur copie, modification et redistribution, valoriser ces documents et les partager comme un patrimoine de l'Humanité. Le monde associatif et les institutions publiques ont encore un gros chemin à parcourir pour développer le réflexe des licences libres et du partage spontané, à l'instar de Wikipédia, afin de mieux contribuer à promouvoir le bien commun dans nos sociétés.

Comment s'engager pour éviter la privatisation de l'eau ou de l'air ? Engageons-nous pour la liberté des documents publics afin d'augmenter leur diffusion, celle des documents de prévention santé (éviter les comportements sexuels à risques, prévention SIDA, conduite en état d'ébriété, violence conjugale, tabagisme, etc.), information citoyenne (mode d'emploi pour créer sa micro-entreprise, pour organiser un petit festival, etc) ou information culturelle (festivals, monuments historiques, zones naturelles remarquables, etc.).


Les trois types d'informations

Une information est définie par son contenu, son sens. On distingue trois types d'informations, les faits, les œuvres et les fonctions[2] :

Les faits, c'est tout ce qui est manifeste, qui décrit un état, qui peut être difficilement remis en cause. Par exemple, une annonce : « Maison à vendre ». Lorsque quelque chose ne peut pas être discuté, on peut dire que c'est factuel. Parfois seulement, une personne définira une information comme factuelle, les autres voudront en débattre.

Dans le factuel, on est concentré sur des faits. Ici ne se pose pas la question de ce qui est vraiment factuel et de ce qui ne l'est que potentiellement (par exemple : je vais mourir un jour, est-ce factuel ?). Le vrai, c'est une question philosophique, voire métaphysique.

Les œuvres englobent les créations artistiques, ainsi que les opinions, les improvisations et plus largement, tout ce qui n'est ni fonctionnel, ni factuel. Les œuvres peuvent être absolument inédites ou représenter le fruit d'une maturation, d'un assemblage, d'une adaptation d'œuvres antérieures, avec une touche d'innovation, de différence, qui est la nature même de la créativité.

Les fonctions sont produites et diffusées non pas pour leur dimension d'information, ayant une valeur intrinsèque, mais pour leur utilité. Ce sont les marches à suivre, les méthodes, les modes d'emploi, les informations qui servent une autre finalité.

Une information peut, bien entendu, combiner deux types ou même les trois types de contenus. « Je vends ma voiture (c'est une information factuelle) qui va sûrement faire plaisir à quelqu'un de bien parce que c'est une voiture agréable à conduire (c'est une information, créative, car c'est mon opinion, mon sentiment ; dont on peut certes débattre pendant des heures). Et pour l'acheter il faut m'appeler entre 19 h et 21 h à la maison (c'est l'information fonctionnelle, la marche à suivre pour acheter ma voiture) ».

« Les faits sont sacrés, mais les commentaires sont libres ». Beaumarchais

Sources et notes

  1. Sam Williams, Richard Stallman, Christophe Masutti. Richard Stallman et la révolution du logiciel libre. Une biographie autorisée. Éditions Eyrolles, publié sous la GNU Free Documentation Licence. 2010.
  2. Jürgen Habermas, Théorie de l'agir communicationnel. Fayard, Paris. 1987 ; et Sam Williams, Richard Stallman, Christophe Masutti. Richard Stallman et la révolution du logiciel libre. Une biographie autorisée. Éditions Eyrolles - Framasoft, publiée sous la GNU Free Documentation Licence. 2010.

Fonctionnel-factuel-cratif.png

Donnees-noosphere.png